- L'attrait d'un objet viendrait de son mystère, de ce que l'on y projette et de ce que l'on croit pouvoir y découvrir.
- La connaissance permet d'attribuer une valeur, elle dépend de l'objet  et de soi.
- L'attachement est une dépendance, l'objet est investi d'un pouvoir, il rassure et conforte.
- Connaître une chose, c'est en avoir intégré la substance ;  elle n'a plus besoin d'être présente.
- La connaissance exige de se différencier de son objet, il faut un écart pour découvrir.
- Il ne suffit pas de connaître la chose, il faut se connaitre soi-même.
     POURTANT :
- Peut-on jamais 'bien' connaître.., avoir une expérience totale ?
- Une œuvre d'art, un livre, même bien connu, laisse découvrir de nouveaux aspects à chaque analyse.
- L'illusion ne se dissipe pas toujours à l'examen.
- L'intérêt  ou la curiosité, fait découvrir de nouvelles dimensions, qui nous transforment.  [ "on se calme" ! ]  
- La connaissance s'appuie sur des repères :  les connaissances antérieures que nous nous sommes appropriées ;   peut-on s'en affranchir si elles sont intégrées ?

    COMMENTAIRE :    Je pense que Marguerite s'intéressait, non pas aux objets (!), mais aux "choses" de la vie ( comme les sentiments : amour, haine, peur ..)  dont il est souverain de pouvoir s'affranchir.   -Rman  15-07-2017

      voir aussi    Le résumé :  " Que signifie  Connaître "  du 15-10-2016.